Issue de la rencontre entre le Tetalab (hackerspace toulousain) et Mix’Art Myrys (collectif d’artistes autogéré à Toulouse), la Toulouse Hacker Space Factory est, depuis 2010, une rencontre atypique faisant résonner le Do It Yourself des hackerspaces, avec l’autogestion du collectif d’artistes. Articulée autour de conférences, d’ateliers de pratiques et de propositions artistiques ayant trait aux nouvelles technologies, cette rencontre s’inscrit dans la dynamique des hackerspaces.
Ces rencontres sont basées sur la mise en commun de connaissances, tournée vers l’utilisation créative des technologies, leurs appropriations et les enjeux que cela suscite.

Il est ouvert à tout-e-s, débutant-e-s ou non, expert-e-s ou intéressé-e-s.
C’est un temps de rencontres et d’échanges, qui stimule la réflexion critique et la recherche dans de nombreux domaines, technologique bien sûr, mais au delà, sociologique, philosophique, artistique...

L’équilibre entre propositions artistiques, ateliers de pratiques et discussions techniques permet à chacun de s’y retrouver, de découvrir et de comprendre ce qu’il y a derrière une technologie nouvelle, un produit fini, un univers artistique... tout en se questionnant sur l’impact sociétal produit.

2015 sera la 6ème édition de cet événement à Toulouse



une question récurrente qui est relancée à chaque apparition d’une nouvelle technologie et ce depuis l’invention de l’imprimerie. C’est une évidence aujourd’hui et cette notion est particulièrement défendue dans les hackerspaces.

Pour cette nouvelle édition de la Toulouse HackerSpace Factory, nous allons prolonger les thématiques liées aux nouvelles technologies et aux arts numériques, en tentant une approche par le biais de la croissance dont on nous parle si souvent. Ou plutôt de la décroissance, la mécroissance (Ars Industrialis), l’altercroissance...

Less Is More, simplicité plutôt que complexité ?
Moins c’est mieux ?

Quels possibles pour un changement vrai de paradigmes ? Comme chaque année, la priorité est donnée à la diversité des projets présentés et à l’élargissement des publics, via des propositions innovantes dans le rapport artistes-publics. Minimalisme, alternatives, initiatives innovantes, nouveaux modèles de consommations, détournements, recyclages de technologies «anciennes»... nous naviguerons dans ces sphères expérimentales, dans un esprit d’échanges, de découvertes, et de curiosité certaine.